Une écoute bienveillante, en plein coeur de Paris.

Quelques définitions

Comment définir la bonne santé ?

L’organisation mondiale de la santé (OMS) définit la santé comme : « un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement à une absence de maladie ou d’infirmité ». Ainsi, il n’y a pas de santé sans santé mentale. « Une bonne santé mentale permet aux individus de se réaliser, de surmonter des tensions normales de la vie, d’accomplir un travail productif et de contribuer à la vie de leur communauté. ». Plan d’actions Santé mentale OMS 2013-2020.

 

Qu’est-ce que la dépression ?

« La dépression se manifeste par une humeur triste, une perte d’intérêt pour toute activité et une baisse de l’énergie. Les autres symptômes sont une diminution de l’estime de soi et de la confiance en soi, une culpabilité injustifiée, des idées de mort et de suicide, des difficultés à se concentrer, des troubles du sommeil et une perte d’appétit. La dépression peut aussi s’accompagner de symptômes somatiques. » OMS, 2001.

Ces troubles dépressifs ont des conséquences sur la vie affective, familiale, professionnelle et sociale. Ils sont très invalidants dans le quotidien. A la différence du « coup de blues » ou de la « déprime », dans la dépression l’humeur et le mal-être varient peu d’un jour à l’autre ou selon les événements de vie.

 

Qu’est-ce que l’anxiété ?

L’anxiété : état mental de trouble et d’agitation, sentiment d’insécurité indéfinissable, peur sans objet.

 

Qu’est-ce que l’angoisse ?

L’angoisse : englobe l’anxiété et ses signes somatiques d’oppression et de constriction. Phénomène d’intensité croissante : inquiétude, anxiété, angoisse.

 

Qu’est-ce que la peur ?

La peur : état anxieux accompagnant la prise de conscience d’un danger ou d’une menace objectifs, réels, perçus pour chacun.

 

Qu’est-ce que la phobie ?

La phobie : peur irrationnelle spécifique, déclenchée par un objet ou une situation n’ayant pas en eux-mêmes de caractère dangereux. La peur disparaît en dehors de l’objet ou de la situation phobogène. Le danger, la menace sont imaginaires, liées à la personnalité et l’histoire de la personne.

 

Qu’est-ce que le stress ?

Le stress : réaction d’adaptation non spécifique de l’organisme à une agression physique, psychologique ou sociale et qui s’accompagne d’un état anxieux.

 

Qu’est-ce qu’un trouble anxieux généralisé ?

Un trouble anxieux généralisé: est un état d’anxiété permanente et de soucis excessifs durant au moins six mois, cette anxiété n’est pas liée à un objet ou à une situation précise. Il s’agit d’une inquiétude excessive de tous les moments de la vie quotidienne (professionnelle, familiale, affective, sociale). La personne a des difficultés à contrôler cette inquiétude importante. Le trouble anxieux généralisé est également associé aux événements de vie tels que le divorce ou la perte d’emploi (Diagnostic et prise en charge en ambulatoire du trouble anxieux généralisé de l’adulte, ANAES mars 2001).

 

Qu’est-ce que l’addiction ?

On parle d’addiction quand une personne est dépendante à un produit ou à un comportement (jeux, internet, sexualité compulsive).

Les troubles addictifs : consommer de temps en temps ou régulièrement des produits psychoactifs légaux (alcool, tabac, certains médicaments) ou illégaux (cannabis, autres drogues), passer du temps à des jeux vidéos, en ligne ou d’argent, n’a pas forcément de conséquences sur la santé.

Les consommations deviennent abusives et dangereuses quand elles commencent jeunes, deviennent répétitives et fréquentes, les quantités augmentent et elles ont des répercussions importantes. La consommation et la recherche du produit ou de l’activité envahissent la pensée, les occupations et les relations, et, au total, prennent toute la place dans la vie de la personne. Certains produits entraînent une accoutumance : il est donc nécessaire d’augmenter les doses pour ressentir les mêmes effets. L’addiction peut passer d’un produit à un autre ou additionner les produits et les comportements.

Pour sortir de l’addiction, il ne suffit pas d’arrêter un produit, ou un comportement, mais il faut se dégager de ce fonctionnement addictif en essayant d’en comprendre le sens.

 

Qu’est que le Burn-out ?

Le terme burn-out a été employé pour la 1ère fois en 1974 par le psychiatre américain Herbert Freudenberger, il l’a défini comme une « brûlure interne ». Le burn-out se traduirait par un état d’épuisement professionnel (à la fois émotionnel, physique et psychique) ressenti face à des situations de travail « émotionnellement » exigeantes. En cause, le stress chronique important et répété qui amène la personne à être sur le qui-vive 24 heures sur 24 et l’épuise totalement.

Cette fatigue de fond va avoir un impact sur le moral : doutes sur ses compétences, ses qualités, dépréciation de soi-même, irritabilité…Ainsi, très vite l’épuisement émotionnel vient s’ajouter à l’épuisement physique. C’est un processus insidieux, bien souvent, le travailleur surchargé, s’épuise littéralement à satisfaire des objectifs quantitatifs tellement élevés qu’ils peuvent lui apparaître absurdes. Il travaille sur de nombreux projets sans jamais avoir le sentiment de pleinement accomplir son travail (qualité empêchée), il n’éprouve aucune satisfaction à son travail, ne peut atteindre l’objectif fixé et, ne bénéficiant pas d’une reconnaissance suffisante de la part de son entourage professionnel, perd progressivement le sens de son travail (conflit de valeurs).

 

Qu’est-ce que l’adolescence ?

L’adolescence est un passage, une transition entre l’enfance et l’âge adulte. C’est un âge capital pour la construction de soi. Il s’agit de s’adapter aux transformations de son corps liées à la puberté : modification de la silhouette, en effet, une poussée de croissance est parfois très rapide avec le doublement de poids entre neuf et quinze ans, développement des organes sexuels. Se sentir homme ou femme, et être perçu ainsi par les autres, construire des relations amicales et/ou amoureuses avec des personnes extérieures à la famille, découvrir une sexualité adulte, choisir une orientation, une formation, décider de poursuivre des études ou de chercher un emploi, s’autonomiser progressivement, renoncer à idéaliser ses parents et les adultes en général, construire son identité propre.

La jeunesse apparaît souvent comme une période enviable de la vie car le monde et la vie s’ouvrent à cet âge-là. La plupart des jeunes exprime que tout va bien pour eux. Pourtant, on peut être mal à l’aise avec les autres, angoissé par son avenir, se poser voire ruminer des questions sans réponse ou vivre une souffrance morale parfois intense.

Comment savoir si les hauts et les bas que vous vivez sont des étapes normales du cheminement de l’adolescence ou s’ils indiquent qu’il faut en parler à quelqu’un, un adulte de confiance ou un soignant ? Vous vous sentez assez à l’aise dans la vie pour pouvoir affronter des difficultés que vous rencontrez ? Ou, au contraire, ces difficultés vous semblent-elles impossibles à surmonter sans aide ?

Ce qui est particulier à l’adolescence, c’est la grande variabilité des états émotionnels et psychiques, le mal-être peut être passager. A cet âge, aucun signe psychologique, aucun symptôme, comportement ne peut être interprété définitivement comme normal ou pathologique.

L’adolescence, c’est également une période de risques, où l’on se cherche et l’on recherche de nouvelles limites en testant les interdits. Les expériences, les choix et les problèmes éventuels à cette période ont des conséquences pour une bonne partie de la vie ensuite. A l’adolescence, on a besoin de se sentir libre mais, aussi, on a également besoin de soutien, d’écoute, de protection. Savoir accepter de l’aide lorsqu’on en a besoin, c’est une preuve de maturité et d’autonomie.

Par ailleurs, l’adolescence exige des parents un travail psychique : accepter de vieillir au fur et à mesure que son enfant devient adulte et lui accorder plus de liberté et d’autonomie. La santé devient de plus en plus l’affaire du jeune lui-même, mais elle concerne encore aussi ses parents ou les adultes qui en sont responsables.

Site Internet réalisé par VISUALIZ - © Copyright Cabinet Psy du Temple - Tous droits réservés